Sacem,auteurs,compositeurs,éditeurs,musique,droits d'auteur,SACEM,artiste,propriété intellectuelle,MP3,internet,numérique,multimédia,Mp3,copyright,perception,repartition,mp3 - l a   m a i l i n g - l i s t e   d u   d r o i t   d ' a u t e u r
Comment la Sacem transcrit-elle les mélodies pour protéger une oeuvre et/ou controler lors de diffusions.
Date du premier email : 04/05/00

Re Regis, De : Régis Gallet >Ce que je voudrais savoir, c'est comment la sacem fait pour coder une >mélodie à protéger.Il y a de çà quelques années j'avais cru comprendre que >c'était par raport à la fondamentale de l'accord joué, par exemple >do-la-fa-sol sur un accord de do serai codé 1645, est-ce que c'est çà ou >bien je suis vraiment à coté de la plque (je pense d'ailleur!) dans ce cas >là comment sont codées les valeur rytmiques...et les silences... >Il me semble également que c'est avec ce code qu'il vérifient dans une >première étapes s'il n'y a pas de similitude mélodiques entre deux oeuves... je n'en n'ai aucune idée !! J'espere vraiment qu'on va pouvoir avoir des interlocuteurs a la Sacem !!! Ce que je crois savoir, c'est que les oeuvres qui ont été deposées, mais qui n'ont pas encore été exploitées ne sont pas rentrée dans leurs bases de données. Ca m'interesserais aussi de savoir comment ils font pour gerer tous les depots !! Une idée me vient. Ca vous dirais qu'on prenne rendez vous avec la Sacem un de ces jours, et qu'on se fasse faire une visite la bas, histoire de se faire expliquer le fonctionnement ??!!! Ca serait genial, non ?? Il parait que c'est notre maison. Moi je veux bien visiter ma maison !!! Et qu'on m'explique comment elle est gerée !! Comment est géré le depot. Les partitions. Comment les titres sont rentré dans les bases de données. Comment ils verifient qu'il n'y a pas de plagiat etc... A+ JC Deepsound http://deepsound.net
Bonjour Il y a quelques années j'ai rencontré un inspecteur de la Sacem qui raccontait que pour passer innaperçu il transcrivait avec un crayon dans sa poche les mélodies qu'il écoutait dans un concert. Aujourd'hui tout ça m'etone, mais il me semble qu'il mettait des chiffres non pas par la fonction de la tonalité ou de l'accord mais par intervalles. C'est à dire que s'il écoutait Do-mis-sol Il ne faisait pas 1-3-5 mais x-2-2 ou par démitons x-4-3, je ne mais souvients pas très bien. Peut être c'est le code qu'ils utilisent. Salut Mario
Salut à toute la liste, Mais dans ce cas les valeurs rytmiques ne sont pas codées alors!? ce n'est peut-être pas plus mal d'ailleur, çà évite qu'une mélodie soie "pompée" sous une autre forme rythmique...après réflexion cette façon de coder me parait plus évidente que celle qui me semblait juste, ben oui là aussi il suffirait de changer l'ha rmonie pour changer le code utilisé!Bien vu quand même! :-))) Concernant les oeuvres techno comment font ils?? il n'y a pas de mélodie apparente en général et comme pour l'instant on ne dépose pas sous format audio je me demande comment ils font??? Bonne journée A+ Régis Brest
Bonjour, A la rencontre du 3 mai, ils ont aussi parlés d'un logiciel de reconnaissance de partition. Ils scannent une partition et le logiciel est capable de decrypter, et stoker les infos sur DD. Ca serait interessant d'en savoir plus, et aussi je me demande comment ils vont faire quand il y aura de plus en plus de depot exclusivement par audio.... Serial-p, tu te rappelles ce qu'ils en ont dis ?? A bientot, JC / Deepsound
D'après mes infos, ils se servent des 1ères notes d'un morceau, ça permet d'archiver et de comparer en cas de similitude. Sûrement avec un code, comme tu dis. Buenas Bourras, Daino
oui, je m'en rapelle : ils n'ont tout simplement rien dit a ce sujet. ils sont restés tres evasifs aussi sur les moyens de stockage et je pense qu'ils n'ont pas eux arreté une procedure definitive (je m'avance peut-etre). ils ont decidé de prendre en compte la majorité des formats numeriques existants pour les depots en ligne, mais meme si l'on y retrouve les formats wav et mp3, le format aiff semble avoir ete ignoré (désolé pour nos confreres sur mac qui travaillent sous ce format, va falloir coder). ils envisagent aussi de pouvoir traiter des fichiers au format "mid" et comme chacun le sait, ce format s'apparenterai plus a la partition et ne serai pas d'une grande utilité concernant la musique non transcriptible. il serait par contre plus aisé, d'en memoriser les melodies sous forme de fichiers, meme sans les editer manuellement. pour ce qui est des fichiers audio, je ne me leurre pas, ca va etre plutot a nous d'eventuellement reconnaitre un plagiat eventuel, parceque je les imagine pas, dans le cas d'arstistes peu connus, se faire des comités d'ecoute pour memoriser chacun de nos titres ;-))) mais pour etre franc, le type qui se balade avec un carnet dans la poche pour verifier qu'on nous pompe pas nos oeuvres, vous arrivez a y croire vous ?? pâssque moi, j'ai un peu de mal.... alors, y sont ou ? y sont combien ? ils vont ou ? et surtout, ils protegent qui et comment ? a++++ serial p.
Rebonjour J'avais vu ça lors d'une visite guidée à la Sacem en 1980. A l'époque je l'ai cru, mais c'est vrai que maintenant ça m'étonne. Salut Mario Litwin
Serial P. disait le vendredi 5 mai 2000 17:38 : > mais pour etre franc, le type qui se balade avec un carnet dans la poche > pour verifier qu'on nous pompe pas nos oeuvres, vous arrivez a y croire vous > ?? pâssque moi, j'ai un peu de mal.... Si, ils existent vraiment : les "Men in black" sont parmi nous. ;-)) Un patron de bar de chez nous a eu la surprise une fois, après le concert d'un petit groupe de musicos, de voir un consommateur se lever de sa chaise, se diriger vers lui et se présenter : "Bonjour, monsieur ! Je suis de la SACEM. Vous avez un document concernant la déclaration des titres qui ont été joués ce soir ?". Inutile de vous dire que le patron est devenu blanc ... devant l'homme en noir ... parce que, bien sûr, il avait pris les musiciens au noir. ;-) Et le type qui se balade et note tout sur son carnet existe, d'après les organisateurs de spectacles. Mais les lieux où ils se rendent généralement doivent être triés en fonction de l'importance et du type de manifestation. Reste à savoir s'ils sont vraiment nombreux à faire ça, à mon avis cela relève + du contrôle aléatoire et hasardeux, il faudrait vraiment avoir une brigade énorme et très coûteuse pour placer des gens partout et à chaque manifestation. D'ailleurs, il me semble que la SACEM demande à ses adhérents de suivre + ou - eux-mêmes et de noter chaque diffusion de leurs oeuvres, et de leur communiquer ensuite, ne pouvant tout suivre. Buenas Bourras, Daino
j'avais vu une emission ou on voyait les employes de la sacem trier des milliers de fiches perforées :)) vivi, il suffisait de mettre 2 fiches l'une sur l'autre, regarder les trous communs, et decider si il y avait similitude :)) j'espere qu'ils ont evolué (pour eux !) grr/thom ----THoM----- http://thom.free.fr
Le principe de l'orgue de barbarie, ou du QCM, en qque sorte ? Plus pratique en tout cas que de vérifier une suite de chiffres. Buenas Bourras, Daino
Salut, Je viens de trouver ca quant a notre questionnement d'il y a quelques temps : "Système de contrôle antiplagiat. Fichier numérique : près de 700 000 thèmes musicaux (musique occidentale classique), et environ 300 000 œuvres jouées (chacune pouvant contenir plusieurs thèmes ou mélodies). Chaque thème est identifié par des chiffres correspondant à la succession des intervalles entre deux notes, ce qui permet de repérer par comparaison un thème paraissant avoir un air de famille avec un thème déjà existant. Sur 100 000 partitions reçues chaque année, 200 peuvent faire l'objet d'une lettre avertissant leur compositeur." http://www.quid.fr/WEB/MUSIQUE/Q011290.HTM A bientot, JC / Deepsound
Fermer cette fenêtre
Revenir à saceml.deepsound.net