Sacem, auteurs, compositeurs, éditeurs, musique, droits d'auteur, SACEM, artiste, propriété intellectuelle, copyright, perception, répartition, mp3
le droit d'auteur et la musique
Les dossiers Saceml : balanceleson.com...balance tes droits !
Visitez mon site musique : deepsound.net (albums, vidéos, remixes, infos, trip hop, downtempo, lounge...).
Visit my music website : deepsound.net (mp3 albums, videos, remixes, infos, trip hop, downtempo, lounge...).
Sommaire         
BALANCE TES DROITS !
Balance le son | Oublie tes thunes ! | Balance tes droits ! | Les liens |

Ca, c'est pour moi la cerise sur le gateau ! Universal-Balanceleson, le grand defenseur des droits des auteurs sur le Net n'a pas encore mis en place le paiement des droits d'auteurs aux auteurs et compositeurs des oeuvres qu'ils vont diffuser, n'a pas encore établi d'accord avec la SACEM !
Et accrochez-vous, ils ont prévu dans un article du contrat (article IV-3) que dans l'hypothèse où ils seraient amenés dans le futur à signer des accords avec la SACEM sur le paiement de droits d'auteurs, le paiement de ceux-ci ne sera pas rétro-actif, mais commencera à la date de l'accord ! Pour faire clair, si ces accords avec la SACEM voient le jour dans un an (ce qui se peut tout à fait), Balanceleson ne paiera pas de droits sur toutes les oeuvres diffusées au cours de cette année à la SACEM et donc aux auteurs ! Alors que même la SACEM prévoit dans ses statuts une rétro-activité sur 10 ans !

Pascal Nègre n'a t-il pas dit :
"...J'estime que le coeur du débat sur la musique en ligne est autour de ces droits (d'auteurs) sur Internet..." ainsi que
"...Il est normal de payer les droits sur la musique. Ceux qui n'ont pas prévu cet aspect dans leur "business model" n'ont qu'à fermer leur porte. On a l'impression que le fait de diffuser de la musique sur Internet, c'est gratuit. Non, il faut payer la musique..." et
"...De plus, le modèle économique de MP3.com n'était pas viable. Nous les avons donc remis sur le chemin de la légalité, à savoir le respect des droits d'auteurs..." ?

Ce n'est même plus de la contradiction, c'est vraiment nous prendre pour des abrutis ! Comment peut-on se permettre de donner autant de leçons à tout le monde sur le sujet des droits, et totalement les ignorer ces droits fondamentaux des auteurs, quand on monte son propre projet !! Francemp3.com par exemple, a conclu des accords avec la SACEM depuis plus d'un an !! Et savez-vous comment en parle Pascal Nègre ? "Nous négocions en ce moment un accord avec la Sacem pour que les gamins puissent toucher un petit quelque chose." Lamentable, hautain, et totalement irrespectueux pour tous ces auteurs (plusieurs dixaines de milliers) qui rament totalement à essayer de gagner leur vie avec leur création dans un monde musical que les majors comme Universal ont complètement verrouillé grâce à leur quasi-monopole ! C'est pas cynique et indécent comme démarche ? Et quand on sait que la SCPP (dont Pascal Nègre est le président) a fait condamné des internautes qui diffusaient des mp3 gratuitement sur leurs sites ( voir ici les condamnations) !!
Maintenant, calez-vous bien dans vos fauteuils, car il y a encore plus fort !

Dans le contrat Balanceleson, à l'article II-2-m, il est clairement dit que ne peuvent s'inscrire sur le site les artistes membres d'une société de gestion collective de droits voisins !
Ces sociétés, ADAMI et SPEDIDAM, sont justement les sociétés créées suite à la loi Lang de 1985, et chargés de la gestion et de la defense des droits des artistes-interprètes ! Et après ça, Pascal Nègre voudrait nous faire croire qu'il se bat pour les droits des artistes ? Cet article n'est justement qu'une tentative de court-circuiter les sociétés de gestion des droits des artistes, de detourner la loi de 85 sur les droits voisins du droit d'auteur. Cette loi, inscrite dans le code de la propriété intellectuelle (CPI) donne depuis 85 des droits similaires aux artistes et interprètes, que ceux dont bénéficient les auteurs depuis 150 ans. Et l'ambition, à peine masquée, d'Universal et des majors, est de récupérer la gestion d'une partie de ces droits. Et certainement pas pour le bien des artistes (voir ici un exemple de contrat) !
Que ceux que la chose intéresse et qui cherchent à comprendre pourquoi Balanceleson cherche à detourner le principe même de cette loi cliquent ici.

Nous voilà donc bien édifiés ! Et pour ma part, je ne vois dans le projet Balanceleson, qu'une tentative d'exploitation des auteurs et des artistes, d'exploitation de leur travail et de leur talent, une tentative d'exploitation de leur ignorance quant à leurs droits, une indécente démarche de ceux qui, se sachant en situation de position dominante, jouent avec le rêve de milliers d'auteurs et d'artistes à la recherche d'un contrat, une tentative tardive de surfer sur la vague du "tout gratuit" pour essayer d'en tirer quelques profits.

Universal est riche ! Universal est très très riche ! Ne croyez-vous pas qu'ils auraient pu montrer l'exemple ? Mettre en application tous les discours de monsieur Nègre sur l'absurdité de la musique gratuite ? En rémunérant les artistes diffusé sur leur site, en payant les droits d'auteurs aux auteurs et les droits voisins aux artistes ? Je ne sais pas moi, faire en sorte que *toutes* les recettes publicitaires du site soient partagées entre les artistes inscrits sur Balanceleson, ou un dédomagement mensuel pour équilibrer ce qu'ils appellent un "contrat", qui est en fait largement en leur faveur...
Je suis désolé mais par exemple, le fait que Balanceleson puisse dans le contrat, faire des compilations promotionnelles sur CD d'artistes et de mp3 diffusés sur le site, et ce à titre de promotion et du site et des artistes, sans les rémunérer me semble absolument aberrant ! Je ne vois pas en quoi nous devrions voir cela comme une "faveur" de sa majesté Universal ! C'est son boulot après tout, de prendre des risques et de rémunérer les artistes ! Ce n'est pas aux artistes de faire, d'assumer et de prendre sur eux la promo d'Universal !

Voilà ! Et surtout qu'on ne se méprenne pas. Je ne suis ni de gauche, ni de droite, ne milite pour et en faveur d'aucun parti politique, ne fait parti d'aucun syndicat, d'aucune association de defense des auteurs ou artistes, ne suis de mèche avec aucun site de diffusion ou de vente de musique sur le Net, gratuit ou payant, et n'ai absolument rien contre l'argent ni contre ceux qui en ont et/ou en gagnent beaucoup. Je ne suis ni un saint, ni un donneur de leçons.
Je suis tout simplement un auteur, qui en a marre d'être pris pour un crétin, un amoureux de la musique écoeuré des démarches tordues et sans éthiques de ceux qui monopolisent le commerce et la diffusion de la musique en France, un musicien qui en a assez d'être brossé dans le sens du poil par ceux qui ne lui manifeste finalement aucun respect, un de ces "gamins" dont parle si dédaigneusement Pascal Nègre, un "gamin" qui se pique une colère face à tant d'hypocrisie, qui devant le "...Il faut être un âne pour imaginer que les artistes puissent s'affranchir de nous..." de Pascal Nègre n'a qu'une réponse :

Les ânes sont têtus et la route est longue !

Jean-Christophe Lemay, le 22 janvier 2001.

Note : ce site est ouvert à quiconque voudrais faire valoir un droit de réponse, donner des informations complémentaires ou apporter un réctificatif aux informations données sur ces pages.

Pour consulter la liste de liens sur le sujet, cliquez ici


Balance le son | Oublie tes thunes ! | Balance tes droits ! | Les liens |
Accueil .  ML .  Actu .  Ressources .  Archives .  Dossiers .  Articles .  Liens .  Contacts
Reponses sacem .  Questions .  Chercher .  Notices .  Plan