Saceml - la musique et le droit d'auteur Sacem,auteurs,compositeurs,éditeurs,musique,droits d'auteur,SACEM,artiste,propriété intellectuelle,MP3,internet,numérique,multimédia,Mp3,copyright,perception,repartition,mp3 -  l a   m u s i q u e   e t   l e   d r o i t   d ' a u t e u r       musique,auteurs,compositeurs,droits,SACEM,groupe de discussion,MP3,numérique,internet,web Saceml - la musique et le droit d'auteur
L'actualité de la musique et du droit d'auteur. Revue de presse
 
E-MUSIQUE : TOUTE L'ACTU DE SEPTEMBRE 2000
Selectionnez ici le mois d'actualité :

mailing liste, saceml, SACEM, auteurs, compositeurs, éditeurs,gestion,abonnement,musique,droits d'auteur,copyright,mp3,liste de discussion,netiquette,règles,MP3  Voici notre compilation de news pour septembre 2000. Merci encore a notre partenaire, Internet Actu, aux auteurs de ces articles ainsi qu'à tous ceux qui contribuent à cette rubrique !
(Pour accéder a notre compilation de sites d'actualité musicale en France, cliquez ici.)


TimeWarner-AOL adjugé, TimeWarner-Emi recalé ?
Il est parfois payant de faire des concessions. En effet, America Online, qui tentait la semaine dernière d'amadouer la Commission européenne afin d'obtenir son feu vert pour fusionner avec TimeWarner, pourrait voir son dossier approuvé.
Le britannique Emi est moins chanceux, puisque Bruxelles, n'étant pas convaincu par les propositions de Emi et TimeWarner, refuserait le mariage des deux entreprises. Selon le Wall Street Journal, elles pourraient donc faire de nouvelles concessions, en cédant notamment les disques Virgin et une partie des éditions musicales Warner.
Ces pronostics circulent dans la presse britannique (Financial Times) et américaine (New York Times), après la réunion, le 27 septembre, des représentants des autorités de concurrence des quinze pays de l'Union européenne.
AOL, TimeWarner et Emi n'ont plus qu'à attendre le verdict de la Commission européenne tiraillée entre une logique de concentration industrielle et la nécessité d'une régulation propre à assurer le pluralisme culturel...
Selon le Financial Times, le couperet devrait néanmoins tomber dès le 11 octobre pour l'opération TimeWarner-Emi.
par Geneviève Vidal © InternetActu 29/9/2000
 
Des efforts mal récompensés (Offspring vs Sony)
Sur son site officiel, Offspring va offrir un million de dollars à n'importe quel internaute qui passe par là et accepte de télécharger un morceau. C'est sympa. D'ailleurs Offspring ne se cache pas de l'être, et tiens à crier haut et fort son amour du fan: "on vous doit tout, c'est pour ça qu'aujourd'hui on va vous reverser une partie de votre argent". Effectivement ces fonds sont les leurs, effectivement c'est généreux, mais cela reste de la promo, et finalement un seul fan palpera la réalité de cette générosité, rentrant pour le coup largement dans ses frais...
Tout ceci est le signe d'une politique marketing musclée et avant-gardiste, Offspring en profitant pour décocher une petite taloche morale à Monsieur Sony (qui commence tout juste à s'habituer à son PIII câblé): au lieu de dire merci à ces petits gars qui lui apportent sur un plateau une promotion futuriste, il est obligé de la refuser pour ne pas passer pour un ingrat aux yeux de la R.I.A.A., en charge de ses intérêts dans le procès contre Napster. C'était pourtant bien ficelé: on balance l'album sur le site un mois avant, ça fait cool et de toute façon sinon "on vendra 13 millions d'album au lieu de 12 et on sera le seul site dans le monde à ne pas avoir de mp3 d'Offspring", on balance également un million de dollars pour assurer le trafic, et enfin on réserve aux acheteurs du CD, en guise de bonus track, la carte de membre du fan-club virtuel (la Offspring Nation, avec vidéos, mp3, cadeaux...), en fait un code accès à une nouvelle partie cachée du site. C'était parfait, mais Sony, ne pouvant jouer sur les deux tableaux, a dû contraindre Offspring à renoncer.
Pas d'album en ligne donc, mais on garde le million, le single (Original Prankster le 29 septembre), et puis, comme ça tout le monde est au courant, l'album (Conspiracy of One) sort le 14 novembre.
Par © 99octane 26/9/2000 

Napster : les facs font de la résistance
Le MIT et l'université de Stanford rejettent la demande d'Howard King, avocat de Metallica, qui visait à empêcher les étudiants d'utiliser Napster dans les universités. Ces deux grandes institutions de l'enseignement supérieur américain déclarent qu'elle n'ont pas à s'immiscer dans la vie privée des étudiants.
Par Martin Jouanneau © InternetActu 25/9/2000 

Piratage : une perte de 4,6 milliards de $US d'ici 2005
xChampion des études prospectives, Forrester Reasearch prévoit que les industries du livre et du disque perdront 4,6 milliards de $US à cause du piratage des oeuvres d'ici 2005. Selon Forrester, la chasse au contenu, et notamment à la musique gratuite en ligne, ne s'arrêtera pas, même si Napster perd son procès. 
Par Martin Jouanneau © InternetActu 19/9/2000 

Les pro-Linux boycottent le concours anti-MP3
Certains membres de la communauté Linux refusent d'aider l'industrie du disque à protéger ses intérêts.
Le magazine américain The Linux Journal a publié le 13 septembre une lettre ouverte appellant au boycott du “concours de piratage” lancé par les pontes de l'industrie musicale et de l'informatique.
Les hackers se rebiffent :
Organisé dans le cadre de la Secure Digital Music Initative (SDMI), le concours “Hack SDMI”, avec 10 000 dollars à la clé, veut mettre à l'épreuve un système de compression audio sécurisé susceptible de contrer le phénomène MP3, tout en respectant les droits des maisons de disque et des artistes.
« Non merci, SDMI. Je ne ferai pas le sale boulot à ta place », précise Don Martin, le rédacteur en chef technique du Linux Journal dans un édito au vitriol. « Les hackers (…) n'offriront pas gratuitement leurs conseils » à une organisation dont le but est, selon lui, de « détruire l'équilibre (…) entre les détenteurs des droits et les consommateurs de musique ».
Même méfiance au sein de la communauté des logiciels libres en France.
Pour Bernard Lang,« Un concours cynique », pour les adeptes français de Linux porte-parole de l'Aful (Association française des utilisateurs de logiciels libres) contacté par ZDNet, « l'offre financière est ridicule ». « Elle est en outre cynique et insultante, ajoute-t-il, envers une communauté qui, si elle accepte souvent de travailler sans rétribution, le fait dans un esprit de partage et non pour dresser des barrières. »
« On peut également s'inquiéter dans cette affaire du rôle des grands éditeurs qui cherchent à maintenir sur le marché une emprise qui ne se justifie plus, leur rôle économique étant largement remis en question par l'internet », ajoute le militant pro-Linux.
En dépit de ces critiques, le concours de la SDMI s'ouvre le 18 septembre, et se clôt le 7 octobre.
Par Guillaume Bonjean © ZDnet 19/09/2000 

Les derniers espoirs d'EMI
Bien que la fusion TimeWarner-EMI soit coincée à Bruxelles, EMI espère convaincre la Commission européenne. L'éditeur britannique ne dévoile pas ses arguments, mais il compte bien les faire valoir pour inverser la vapeur. La Commission donnera sa décision comme prévu avant le 24 octobre, et EMI a jusqu'au 19 septembre minuit pour obtenir le "feu vert" pour son projet de fusion. 
Par Geneviève Vidal © InternetActu 15/9/2000
 
Napster se découvre de nouveaux ennemis
À quelques semaines de son procès, Napster se découvre de nouveaux et puissants ennemis. Derniers en date, le bureau américain du copyright, mais aussi la Maison Blanche, et même la National Basketball Association, qui ont tous soumis des opinions écrites à l'appréciation des juges.
Selon l'US Copyright Office, Napster n'est pas protégé par la loi sur le copyright, plus précisément le Home Recording Act, qui autorise la copie personnelle de morceaux musicaux à destination de parents ou d'amis, quand elle se fait à titre gratuit. Selon le bureau des brevets, la loi ne s'appliquerait pas à toute copie gratuite, et n'exonérerait donc pas Napster de sa part de responsabilité dans l'échange en ligne d'œuvres commerciales.
Pour les avocats de la Maison Blanche, le Home Recording Act ne s'appliquerait pas non plus à Napster, les PC n'étant pas considérés par la loi - qui date de 1992 - comme des appareils d'enregistrement domestiques. Les avocats ajoutent qu'en cas de victoire de Napster, « ses utilisateurs pourraient distribuer publiquement des copies numériques à une échelle qui dépasse tout ce que le Congrès [qui a voté la loi, NDLR] aurait pu imaginer, sans que l'industrie musicale ne reçoive rien en retour. »
La procédure civile américaine permet à toute partie concernée de soumettre à la cour une opinion d'amici curiae - amis de la cour. Ainsi, même la NBA a pu soumettre une opinion, jointe à celle de l'industrie du cinéma, qui soutient les majors du disque.
Le 26 juillet dernier, Napster avait été enjoint de fermer ses serveurs, l'injonction ayant été levée en appel quelques heures avant son exécution.
Le procès de Napster devant les juges de San Francisco doit s'ouvrir le 2 octobre prochain.
Par Cédric Ingrand © ZDnet 12/9/2000 


Warner va se lancer dans la vente en ligne
Après EMI, Sony Music et Universal, c'est au tour de Warner d'annoncer la prochaine mise en vente de son catalogue sur Internet. En partenariat avec Real Networks, qui s'occupera de la diffusion et de la gestion des droits d'auteurs, Warner Music compte lancer son service en novembre. A terme, plus de mille titres devraient être disponibles au téléchargement, parmi lesquels ceux de Madonna, Collective Soul ou Paul Simon.
Par Martin Jouanneau © InternetActu 12/9/2000 

MP3.com devra payer 25000 dollars par CD piraté
Le site MP3.com pourrait verser entre 118 et 250 millions de dollars de dommages et intérêts à Universal Music. Le tribunal veut envoyer un « message fort » à l'industrie Internet.
Lire l'article Par 01net 8/9/2000 

MP3.com vacille, Universal triomphe
Le deuxième acte des démêlés judiciaires entre le site de téléchargement musical MP3.com et Universal Music Group, filiale du groupe Seagram et plus grande maison de disques du monde, pourrait bel et bien sonner le glas du téléchargement illégal. Le juge fédéral Rakoff a établi que le site avait enfreint délibérément les droits d'auteur et fixé le montant des dommages et intérêts à 25.000 $US par disque copié. Le nombre de disques incriminés sera déterminé au mois de novembre.
Par Romain Bénita © InternetActu 7/9/2000 

Napster interdit de campus 
D'après une étude menée par le groupe de conseil Gartner, un tiers des 50 universités américaines interrogées interdisent à leurs étudiants et professeurs la consultation du site Napster, qui permet le téléchargement gratuit de fichiers musicaux au format MP3 depuis les ordinateurs du campus. Le site est actuellement opposé à l'industrie du disque américaine dans un procès pour violation des droits d'auteur, et les conseils d'administration des universités craignent d'être attaqués à leur tour. Le PDG de Napster prend lui la nouvelle avec humour, puisqu'il déclare être "enchanté de savoir que deux tiers des écoles interrogées pour cette étude autorisent leurs élèves à faire partie de la communauté Napster"... 
Par Martin Jouanneau © InternetActu 01/9/2000

Pour vous abonner à Internet Actu Cliquez Ici
haut de page